La CAA de Versailles a pris en compte la situation financière de la filiale, et le droit local de l’état de la filiale, qui traitait cet abandon comme un apport, pour refuser la déductibilité de l’abandon en France.