On constate une attitude de plus en plus offensive de l’administration en cas de contrôle fiscal . Elle publie d’ailleurs des statistiques démontrant une augmentation des recettes annuelles dégagées lors des contrôles. En 2014, près de 20 milliards d’euros de recettes générées par les contrôles fiscaux, et 1265 dossiers ont été transmis à l’autorité judiciaire ( fraude fiscale). Cette attitude est actuellement une constante. On relève d’ailleurs une difficulté accrue d’obtenir gain de cause en cas de recours hiérarchique, même pour de petites entreprises sur lesquelles une redressement fiscal peut avoir un effet dramatique. Malheureusement, cela contraint à des contentieux là où antérieurement il était possible de parvenir à un accord après une discussion  constructive, évitant ainsi aux petites entreprises un dépôt de bilan avec les pertes d’emploi et de rentrées fiscales induites. Il est conseillé de vérifier le caractère contestable d’un redressement, de tenter une discussion technique avec le vérificateur avant sa notification, et de peser les chances de gagner au contentieux avant de signer une transaction sur les majorations pour manquement délibéré pouvant être contestées.