Dans le cadre d’une déclaration de succession, le mobilier est souvent évalué sous la forme d’un forfait de 5% des biens transmis, sans que les héritiers en mesurent la portée. Or , la documentation administrative (BOI-ENR-DMTG-10- 40-10-20 N°30 12-09-2012) prévoit que le mobilier doit être évalué par ordre de préférence par 1) la vente publique, 2) un inventaire établi par le notaire, 3) la déclaration estimative des parties qui ne peut être inférieure à 5% de l’ensemble des biens. Le forfait correspond donc au choix de déclarer une valeur plancher. Demandez-vous si un inventaire fait par un commissaire priseur ne permettrait pas de déterminer une valeur plus faible. Cela est souvent le cas, lors que le mobilier est ancien sans être précieux . Les économies peuvent être conséquentes.