L’interprétation de la notion de holding animatrice a une incidence majeure pour l’appréciation de divers régimes d’imposition: en matière d’impôt sur le revenu, d’exonération des biens professionnels en matière d’ISF, de calcul de la TVA déductible, de taxe sur les salaires, de droits de mutation, …Si vous souhaitez profiter des opportunités offertes par la constitution d’un groupe, sans risquer un redressement fiscal lors d’un contrôle fiscal, posez-vous les bonnes questions en amont, et surtout ne commettez pas l’erreur de considérer vos sociétés holdings comme des sociétés opérationnelles. Le sujet est technique, et mérite un examen détaillé au regard de la toute dernière jurisprudence, notamment européenne. L’administration est plus que pointilleuse sur le sujet, et fait preuve d’exigences parfois exorbitantes du droit, ce qui crée une insécurité fiscale. Un rescrit est souvent la bonne réponse en terme de sécurisation. En cas de redressement, n’hésitez pas à vous défendre par un contentieux fiscal si la position de l’administration est abusive au regard des textes, et de la jurisprudence.